Dans nos fichiers... [Criminels prédéfinis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂




Les criminels de Gotham ne sont pas de simple bambin jouant avec les limites flous de la légalité ; si ils veulent le pouvoir, ils doivent s'efforcer d'être plus cruels que les politiciens régissant la ville ce qui en fait des êtres froids et calculateurs ou au contraire des bêtes furieuses assoiffées de sang.

Personnages libres : 9/11

   → Présents dans la série : 5/7


  • Edward Nygma     : Pris
  • Oswald Cobblepot : Pris
  • Hugo Strange       : Libre
  • Ethel Peabody      : Libre
  • Tabitha Galavan   : Libre
  • Victor Zsasz         : Libre
  • Butch Gilzean      : Libre


   → Nouveaux personnages : 4/4


  • Raphaëlle Alegre  : Libre
  • Anton Schott       : Libre
  • Adrian Callaghan  : Libre
  • Athenaïa Mordoh  : Libre


Tous les avatars de personnages non présents dans la série sont des propositions et non des obligations.


Retour aux personnages prédéfinis - Contexte - Règlement - Gangs et organisations de Gotham - Situation politique - Evènements en cours ou
à venir - Fiches de personnages - Fiches de liens.






☂️
I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂

Edward Nygma
Feat Cory Michael Smith.

¿ Riddle me this, Riddle me that ?

Voir fiche ici.

Jim Gordon : haine paranoïaque.
 
Hugo Strange : rancune.
 
Oswald Cobblepot : ami proche.




☂️
I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂

Oswald Cobblepot
Feat Robin Lord Taylor.

I'm the king of Gotham.

Voir fiche ici.

Jim Gordon : ex-ami.
 
Hugo Strange : haine.
 
Edward Nygma : ami proche.
 
Fish Mooney : Némésis.




☂️
I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂

Hugo Strange
Feat D.B Wong.

Le Philosophe

Histoire (Contient des spoilers sur les saisons 1 et 2):
Hugo Strange est un homme sadique qui aime le contrôle, il est extrêmement intéressé par l’esprit et le corps et il est friand d’expérimentations sur des cobayes humains et de molestage d’esprits revêches. Il joue à manipuler ses créations avec imagination et savoir-faire.

 Hugo Strange commença sa carrière de scientifique lors d’un programme lancé par les entreprises Wayne il y a de cela une décennie. Il travailla avec Thomas Wayne, l’investigateur du projet qu’on nomma Pinewood Farm. A la base ce projet avait pour but de créer des remèdes à des maladies et de révolutionner la médecine. Mais dans le secret, Hugo lança des expérimentations biologiques pour transformer des cobayes humains en mutants aux attributs physiques souvent animaux ou ayant des aptitudes hors du commun des mortels, et tout cela avec l’aval des entreprises Wayne qui se moquaient éperdument de ce que leur patron souhaitait.
Mais malgré ces secrets, Hugo Strange appréciait réellement son ami Thomas Wayne. Le patron multimilliardaire ferma le projet quand il apprit ces entorses à l’éthique et cacha les patients mutés à l’écart de la ville pour les protéger. Le scientifique déplora sa mort mais elle était nécessaire pour qu’il puisse reprendre ses expériences à Gotham. De là à dire qu’il avait commandité le meurtre…  

Hugo Strange devint le directeur et chef de la psychiatrie de l’asile d’Arkham à la mort de son prédécesseur. Une aubaine pour lui qui pouvait relancer ce qu’il avait laissé de côté toutes ces années en abandonnant à contre cœur Pinewood Farm. Il relança avec Indian Hill, un lieu situé sous une déchèterie de produit toxique, un programme d’expérimentation humaine, tout en tenant d’une main de fer son asile. Ses cobayes étaient de pauvres victimes de Gotham.

Il récupéra le corps de Victor Fries et le garda en vie grâce à une chambre froide. Il le convainquit de se mettre sous ses ordres, lui offrit une combinaison réfrigérante et l’envoya tuer Karen Jennings, une de ses anciennes expérimentations qui devenait gênante.

Hugo Strange récupéra plusieurs corps, vivants et décédés dont celui de Théo Gallavan qu’il ramena à la vie et qu’il manipula pour en faire un chevalier servant sous ses ordres, répondant au nom d’Azrael. Il ramena également le corps de Fish Moony à la vie mais ne parvint pas à la manipuler, la femme avait gardé tous les souvenirs de sa vie antérieure pour une raison inconnue. Il réanima de nombreuses personnes et fut le créateur de nombreux mutants qui couraient à présent dans les rues.

Il n’en oublia pas ses patients plus traditionnels, leur faisant perdre un peu plus pied avec la réalité chaque jour. Il en poussa de nombreux à l’automutilation et à la démence pure. Quand il accueillit Oswald Cobblepot dans son institut, il n’apprécia pas son arrogance et tenta des thérapies révulsives pour le rendre plus docile avant de le libérer quand il jugea avoir réussi. Il libéra également la jeune Barbara Kean sans lui avoir prodigué aucun soin pour voir comment la société réagirait avec des citoyens psychotiques dans ses rangs. Il engagea également Edward Nygma, patient chez lui, pour qu’il l’aide en occupant Bruce Wayne qui fouinait à l’asile pendant qu’il évacuait Indian Hill.

Une mystérieuse femme portant un masque lui donna l’ordre d’évacuer Indian Hill et de détruire les preuves avec une bombe. Il amorça la bombe et fit partir les cobayes dans un bus surveillé. Malheureusement pour lui en voulant s’enfuir de l’asile il fut pris entre la glace de Victor Fries qui le servait et le feu de Bridgit Pike, son ancienne patiente qui le trahit. Il tomba dans le coma et est toujours à ce jour hospitalisé à l’hôpital central de Gotham et le bus n’arriva jamais à destination ; il eut un accident et ses expérimentations s’évaporèrent dans la nature.  

Lien.
 
Lien.
 
Lien.




☂️
I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
24


 Profession :
Poseur d'énigmes.


 Humeur :
Vengeresse.

avatar
Edward Nygma
¿ The Riddler ?

Alegre Raphaëlle
Feat. Michelle Gomez (négociable)

The Mistress.


Madame Raphaëlle est une sommité dans le monde du meurtre à pourvoir. Maniérée et à cheval sur le protocole, dissonante aux joies cruelles, la lady culmine à la tête d'une organisation de mercenaires. Main d'acier dans un gant de velours cette dernière n'a aucun mal à assurer de la fiabilité de son petit personnel. Dans le milieu la femme tournoie à son aise, extravagante drapée dans ses robes d'un autre siècle mais d'une efficacité aiguisée. Cruelle et certainement à la frontière du sadisme, Madame Raphaëlle ne rechigne pas à elle-même se salir les mains dans l'exécution - mais, attention, elle demeure toujours dansante, polie et théâtrale dans l'horreur. Si elle n'hésite pas à accomplir la basse besogne c'est également pour fidéliser ses hommes. C'est une reine de l'auto-promotion et de l'entertainment qui accorde beaucoup d'importance à la mise en scène. Son organisation est une "famille" au sens de la doctrine qu'elle diffuse. Un code de l'honneur intransigeant y circule.
Sur le catalogue du meurtre la dame est référencée sous le pseudonyme de "The Mistress" jouant joliment de son penchant revendiqué pour le contrôle.
Elle est un paradoxe redoutable. La démence s'éveille en elle de manière, en réalité, très calculée. Sa cruauté ne s'exprime pas hors de certaines situations - bornées par l'utile. Madame Alegre n'use de la violence que lorsque cela a un impact et sait tout à fait concilier son agenda en fonction du calendrier mondain de la pègre. C'est précisément pour cette raison qu'elle cohabite avec les autres groupes criminels de Gotham, échanges en bonne intelligence. Tous la savent assez redoutable pour ne pas décevoir mais assez respectueuse de l'ordre des choses pour ne pas se brûler les ailes. L'équilibre est là tant que son organisation, basée sur une autorité charismatique, est nécessaire. Mais n'est-ce pas un jeu dangeureux ?

Fish Mooney : Connaissance sur réputation.




¿ Riddle me this, riddle me that ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂

Ethel Peabody
Feat Tonya Pinkins.

La ventriloquiste.

Histoire :
Pré-expérimentation :
Avant d’être patiente à Arkham, Mandy était le plus souvent chez elle, les volets à peines entre-ouverts pour surveiller sans être vu. Assise sur son matelas à même le sol elle surveillait ce qu’il se passait  à la télé et dans les journaux qu’elle recevait à sa porte chaque matin. Elle ne niait pas le fait qu’ils auraient pu échanger  les vrais journaux contre des copies modifiés pour lui faire croire que tout allez bien mais c’est pour cela qu’elle ne croyait rien de ce qui y était marqué. A la fenêtre, elle le voyait bien ils étaient tous dans le coup.
Sa vie prit une tournure inattendue quand elle le rencontra. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus rien à manger chez elle car son livreur habituel avait été remplacé par l’un des leurs. Elle le voyait bien, elle le sentait même. Elle n’avait plus jamais fait appelle à lui. Mais affamer et incapable de sortir dehors un jour elle se décida à téléphoner à un autre livreur pour obtenir un peu de nourriture, espérant qu’il ne fasse pas parti des leurs. De toute façon dans le cas contraire elle ne lui ouvrirait pas. Quand on sonna à la porte elle s’y dirigea à pas de loup, la démarche hasardeuse et regarda par le judas. Le livreur… Elle renifla l’air mais ne sentit aucune trace de sa corruption, alors elle ouvrit avec méfiance. Elle le vit tout de suite, il n’était pas l’un des leurs. Peut être le dernier.
Son nom : Elliot. Alors elle le rappela, encore et encore, et quand il avait une pause elle lui parlait de tout ces gens remplacés dans leurs sommeils, maintenant leurs ennemis. Au début il ne la croyait pas.  Mais petit à petit alors qu’ils s’aimaient de plus en plus, Elliot prit l’ampleur de la situation. Il quitta son travail et la rejoignit dans son appartement pour rester en sécurité comme elle le lui demandait.
Ils décidèrent ensemble de sauver l’humanité et montèrent un plan pour d’abord connaître leur ennemi. Elliot et elle choisirent d’en faire venir un et de l’étudier. Ils appelèrent alors un livreur de pizza ; un de leurs. Ils l’attrapèrent et l’enfermèrent chez eux ; bâillonné sauf quand ils lui posaient des questions. Ils partirent du principe que ces créatures n’avaient pas besoin de manger et ne faisaient que mimer le comportement humain ; ils eurent tord. Au moins ils purent le disséquer. Mandy s’en occupa ; Elliot étant trop fragile pour ça. Seulement incapable de sortir le corps sans les croiser eux les amoureux durent l’entreposer dans le placard. Ils l’apprirent visiblement car on vint les interroger et en découvrant le corps on les emprisonna. On les déclara fous ; trouble délirant induit. Mais elle le savait, Elliot et elle en savaient trop, on les enfermait pour les faire taire.
Post-expérimentation : Séparé d’Elliot, Mandy subit toutes sortes d’expérimentations qui ne semblèrent rien changer chez elle. Un homme au lunette ronde lui expliqua qu’il essayait de créer chez elle ce syndrome de combustion spontanée du corps tant fantasmé par les émissions sensationnalistes mais que comme ça ne fonctionnait pas il allait essayer sur son amant, son précieux Elliot. Pour gérer son hystérie elle était le plus souvent sédatée et en camisole de force.
Quand elle entra dans le bus, elle vit l’amour de sa vie et alla le retrouver. Quand elle lui prit la main leurs deux corps s’embrasèrent comme des torches, créant la panique autour d’eux et quand ils se lâchèrent les flammes s’éteignirent paresseusement, les laissant indemne.
Quand ils purent descendre, elle quitta le bus avec son amour et se dirigea vers la ville.


• Modifications engendrés par les
expériences :

En contact physique avec Elliot Garryck, leurs deux corps s’embrasent sans qu’aucun des deux n’en souffre.


  • Liens : Elliot Garyck -Hugo Strange -Ethel       Peabody.

Lien.
 
Lien.
 
Lien.




☂️
I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂

Tabitha Galavan.
Feat Jessica Lucas.

La ventriloquiste.

Histoire :
Pré-expérimentation :
Avant d’être patiente à Arkham, Mandy était le plus souvent chez elle, les volets à peines entre-ouverts pour surveiller sans être vu. Assise sur son matelas à même le sol elle surveillait ce qu’il se passait  à la télé et dans les journaux qu’elle recevait à sa porte chaque matin. Elle ne niait pas le fait qu’ils auraient pu échanger  les vrais journaux contre des copies modifiés pour lui faire croire que tout allez bien mais c’est pour cela qu’elle ne croyait rien de ce qui y était marqué. A la fenêtre, elle le voyait bien ils étaient tous dans le coup.
Sa vie prit une tournure inattendue quand elle le rencontra. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus rien à manger chez elle car son livreur habituel avait été remplacé par l’un des leurs. Elle le voyait bien, elle le sentait même. Elle n’avait plus jamais fait appelle à lui. Mais affamer et incapable de sortir dehors un jour elle se décida à téléphoner à un autre livreur pour obtenir un peu de nourriture, espérant qu’il ne fasse pas parti des leurs. De toute façon dans le cas contraire elle ne lui ouvrirait pas. Quand on sonna à la porte elle s’y dirigea à pas de loup, la démarche hasardeuse et regarda par le judas. Le livreur… Elle renifla l’air mais ne sentit aucune trace de sa corruption, alors elle ouvrit avec méfiance. Elle le vit tout de suite, il n’était pas l’un des leurs. Peut être le dernier.
Son nom : Elliot. Alors elle le rappela, encore et encore, et quand il avait une pause elle lui parlait de tout ces gens remplacés dans leurs sommeils, maintenant leurs ennemis. Au début il ne la croyait pas.  Mais petit à petit alors qu’ils s’aimaient de plus en plus, Elliot prit l’ampleur de la situation. Il quitta son travail et la rejoignit dans son appartement pour rester en sécurité comme elle le lui demandait.
Ils décidèrent ensemble de sauver l’humanité et montèrent un plan pour d’abord connaître leur ennemi. Elliot et elle choisirent d’en faire venir un et de l’étudier. Ils appelèrent alors un livreur de pizza ; un de leurs. Ils l’attrapèrent et l’enfermèrent chez eux ; bâillonné sauf quand ils lui posaient des questions. Ils partirent du principe que ces créatures n’avaient pas besoin de manger et ne faisaient que mimer le comportement humain ; ils eurent tord. Au moins ils purent le disséquer. Mandy s’en occupa ; Elliot étant trop fragile pour ça. Seulement incapable de sortir le corps sans les croiser eux les amoureux durent l’entreposer dans le placard. Ils l’apprirent visiblement car on vint les interroger et en découvrant le corps on les emprisonna. On les déclara fous ; trouble délirant induit. Mais elle le savait, Elliot et elle en savaient trop, on les enfermait pour les faire taire.
Post-expérimentation : Séparé d’Elliot, Mandy subit toutes sortes d’expérimentations qui ne semblèrent rien changer chez elle. Un homme au lunette ronde lui expliqua qu’il essayait de créer chez elle ce syndrome de combustion spontanée du corps tant fantasmé par les émissions sensationnalistes mais que comme ça ne fonctionnait pas il allait essayer sur son amant, son précieux Elliot. Pour gérer son hystérie elle était le plus souvent sédatée et en camisole de force.
Quand elle entra dans le bus, elle vit l’amour de sa vie et alla le retrouver. Quand elle lui prit la main leurs deux corps s’embrasèrent comme des torches, créant la panique autour d’eux et quand ils se lâchèrent les flammes s’éteignirent paresseusement, les laissant indemne.
Quand ils purent descendre, elle quitta le bus avec son amour et se dirigea vers la ville.


• Modifications engendrés par les
expériences :

En contact physique avec Elliot Garryck, leurs deux corps s’embrasent sans qu’aucun des deux n’en souffre.


  • Liens : Elliot Garyck -Hugo Strange -Ethel       Peabody.

Lien.
 
Lien.
 
Lien.




☂️
I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂

Victor Zsasz
Feat Anthony Carrigan.

La ventriloquiste.

Histoire :
Pré-expérimentation :
Avant d’être patiente à Arkham, Mandy était le plus souvent chez elle, les volets à peines entre-ouverts pour surveiller sans être vu. Assise sur son matelas à même le sol elle surveillait ce qu’il se passait  à la télé et dans les journaux qu’elle recevait à sa porte chaque matin. Elle ne niait pas le fait qu’ils auraient pu échanger  les vrais journaux contre des copies modifiés pour lui faire croire que tout allez bien mais c’est pour cela qu’elle ne croyait rien de ce qui y était marqué. A la fenêtre, elle le voyait bien ils étaient tous dans le coup.
Sa vie prit une tournure inattendue quand elle le rencontra. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus rien à manger chez elle car son livreur habituel avait été remplacé par l’un des leurs. Elle le voyait bien, elle le sentait même. Elle n’avait plus jamais fait appelle à lui. Mais affamer et incapable de sortir dehors un jour elle se décida à téléphoner à un autre livreur pour obtenir un peu de nourriture, espérant qu’il ne fasse pas parti des leurs. De toute façon dans le cas contraire elle ne lui ouvrirait pas. Quand on sonna à la porte elle s’y dirigea à pas de loup, la démarche hasardeuse et regarda par le judas. Le livreur… Elle renifla l’air mais ne sentit aucune trace de sa corruption, alors elle ouvrit avec méfiance. Elle le vit tout de suite, il n’était pas l’un des leurs. Peut être le dernier.
Son nom : Elliot. Alors elle le rappela, encore et encore, et quand il avait une pause elle lui parlait de tout ces gens remplacés dans leurs sommeils, maintenant leurs ennemis. Au début il ne la croyait pas.  Mais petit à petit alors qu’ils s’aimaient de plus en plus, Elliot prit l’ampleur de la situation. Il quitta son travail et la rejoignit dans son appartement pour rester en sécurité comme elle le lui demandait.
Ils décidèrent ensemble de sauver l’humanité et montèrent un plan pour d’abord connaître leur ennemi. Elliot et elle choisirent d’en faire venir un et de l’étudier. Ils appelèrent alors un livreur de pizza ; un de leurs. Ils l’attrapèrent et l’enfermèrent chez eux ; bâillonné sauf quand ils lui posaient des questions. Ils partirent du principe que ces créatures n’avaient pas besoin de manger et ne faisaient que mimer le comportement humain ; ils eurent tord. Au moins ils purent le disséquer. Mandy s’en occupa ; Elliot étant trop fragile pour ça. Seulement incapable de sortir le corps sans les croiser eux les amoureux durent l’entreposer dans le placard. Ils l’apprirent visiblement car on vint les interroger et en découvrant le corps on les emprisonna. On les déclara fous ; trouble délirant induit. Mais elle le savait, Elliot et elle en savaient trop, on les enfermait pour les faire taire.
Post-expérimentation : Séparé d’Elliot, Mandy subit toutes sortes d’expérimentations qui ne semblèrent rien changer chez elle. Un homme au lunette ronde lui expliqua qu’il essayait de créer chez elle ce syndrome de combustion spontanée du corps tant fantasmé par les émissions sensationnalistes mais que comme ça ne fonctionnait pas il allait essayer sur son amant, son précieux Elliot. Pour gérer son hystérie elle était le plus souvent sédatée et en camisole de force.
Quand elle entra dans le bus, elle vit l’amour de sa vie et alla le retrouver. Quand elle lui prit la main leurs deux corps s’embrasèrent comme des torches, créant la panique autour d’eux et quand ils se lâchèrent les flammes s’éteignirent paresseusement, les laissant indemne.
Quand ils purent descendre, elle quitta le bus avec son amour et se dirigea vers la ville.


• Modifications engendrés par les
expériences :

En contact physique avec Elliot Garryck, leurs deux corps s’embrasent sans qu’aucun des deux n’en souffre.


  • Liens : Elliot Garyck -Hugo Strange -Ethel       Peabody.

Lien.
 
Lien.
 
Lien.




☂️
I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂

Butch Gilzean
Feat Drew Powell.

La ventriloquiste.

Histoire :
Pré-expérimentation :
Avant d’être patiente à Arkham, Mandy était le plus souvent chez elle, les volets à peines entre-ouverts pour surveiller sans être vu. Assise sur son matelas à même le sol elle surveillait ce qu’il se passait  à la télé et dans les journaux qu’elle recevait à sa porte chaque matin. Elle ne niait pas le fait qu’ils auraient pu échanger  les vrais journaux contre des copies modifiés pour lui faire croire que tout allez bien mais c’est pour cela qu’elle ne croyait rien de ce qui y était marqué. A la fenêtre, elle le voyait bien ils étaient tous dans le coup.
Sa vie prit une tournure inattendue quand elle le rencontra. Cela faisait bien longtemps qu’elle n’avait plus rien à manger chez elle car son livreur habituel avait été remplacé par l’un des leurs. Elle le voyait bien, elle le sentait même. Elle n’avait plus jamais fait appelle à lui. Mais affamer et incapable de sortir dehors un jour elle se décida à téléphoner à un autre livreur pour obtenir un peu de nourriture, espérant qu’il ne fasse pas parti des leurs. De toute façon dans le cas contraire elle ne lui ouvrirait pas. Quand on sonna à la porte elle s’y dirigea à pas de loup, la démarche hasardeuse et regarda par le judas. Le livreur… Elle renifla l’air mais ne sentit aucune trace de sa corruption, alors elle ouvrit avec méfiance. Elle le vit tout de suite, il n’était pas l’un des leurs. Peut être le dernier.
Son nom : Elliot. Alors elle le rappela, encore et encore, et quand il avait une pause elle lui parlait de tout ces gens remplacés dans leurs sommeils, maintenant leurs ennemis. Au début il ne la croyait pas.  Mais petit à petit alors qu’ils s’aimaient de plus en plus, Elliot prit l’ampleur de la situation. Il quitta son travail et la rejoignit dans son appartement pour rester en sécurité comme elle le lui demandait.
Ils décidèrent ensemble de sauver l’humanité et montèrent un plan pour d’abord connaître leur ennemi. Elliot et elle choisirent d’en faire venir un et de l’étudier. Ils appelèrent alors un livreur de pizza ; un de leurs. Ils l’attrapèrent et l’enfermèrent chez eux ; bâillonné sauf quand ils lui posaient des questions. Ils partirent du principe que ces créatures n’avaient pas besoin de manger et ne faisaient que mimer le comportement humain ; ils eurent tord. Au moins ils purent le disséquer. Mandy s’en occupa ; Elliot étant trop fragile pour ça. Seulement incapable de sortir le corps sans les croiser eux les amoureux durent l’entreposer dans le placard. Ils l’apprirent visiblement car on vint les interroger et en découvrant le corps on les emprisonna. On les déclara fous ; trouble délirant induit. Mais elle le savait, Elliot et elle en savaient trop, on les enfermait pour les faire taire.
Post-expérimentation : Séparé d’Elliot, Mandy subit toutes sortes d’expérimentations qui ne semblèrent rien changer chez elle. Un homme au lunette ronde lui expliqua qu’il essayait de créer chez elle ce syndrome de combustion spontanée du corps tant fantasmé par les émissions sensationnalistes mais que comme ça ne fonctionnait pas il allait essayer sur son amant, son précieux Elliot. Pour gérer son hystérie elle était le plus souvent sédatée et en camisole de force.
Quand elle entra dans le bus, elle vit l’amour de sa vie et alla le retrouver. Quand elle lui prit la main leurs deux corps s’embrasèrent comme des torches, créant la panique autour d’eux et quand ils se lâchèrent les flammes s’éteignirent paresseusement, les laissant indemne.
Quand ils purent descendre, elle quitta le bus avec son amour et se dirigea vers la ville.


• Modifications engendrés par les
expériences :

En contact physique avec Elliot Garryck, leurs deux corps s’embrasent sans qu’aucun des deux n’en souffre.


  • Liens : Elliot Garyck -Hugo Strange -Ethel       Peabody.

Lien.
 
Lien.
 
Lien.




☂️
I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
24


 Profession :
Poseur d'énigmes.


 Humeur :
Vengeresse.

avatar
Edward Nygma
¿ The Riddler ?

Anton Schott
Feat. Mads Mikkelsen (négociable)

Dollmaker.


Anton entretient un rapport au corps très personnel. Les enveloppes charnelles relèvent du diamant brut – elles sont des agglomérats désordonnés de stigmates et personnalités, cristallisés dans la chair. Et elles peuvent être sublimées pour dépasser l’humain sous la découpe d’une main d’orfèvre.
Chirurgien de renom, ses doigts réorganisent la vie avec une minutie inflexible. Il y a de la maestria dans son art, fin comme de l’horlogerie. Anton ne tremble jamais et cisèle finement ses créations. Il sait convertir dissonance en synergie et en retire la satisfaction toute divine de celui qui contrôle la mort ainsi que le beau. Il peut à la fois construire et détruire selon son désir. Une extase intérieure qu’il exprime à peine d’un sourire occasionnel, maître intransigeant de ses émotions. Excellent donc, sa réputation le précède. Le personnage social demeure aussi calculé. Anton est un homme avenant, à la poigne insinuée, qui sait tailler son avatar interactionnel en fonction des attentes de son interlocuteur. Il séduit et met en confiance. Érudit et passionné, Anton parle plusieurs langues et s’intéresse particulièrement à l’art ainsi qu’à la littérature. L’homme fréquente régulièrement les expositions artistiques et s’est constitué mécène auprès d’artistes en mal de reconnaissance – aussi le poids de son opinion dans le milieu se ressent et il en joue, gagné par l’amusement. Anton n’est cependant pas l’être irréprochable qu’il donne à voir. Son jeu de dupes s’exerce également dans l’horreur et baigne dans le crime. Dollmaker confectionne des « poupées » vivantes, ou non, par la mutilation. Il s’agit parfois d’une punition envers un être n’ayant, à ses yeux, pas mérité son adhésion à l’humanité. A ces occasions le cadavre se trouve humilié – exposé à la vue au sein d’une représentation post-mortem théâtrale. Mais Anton est également un esthète qui cherche à explorer les frontières de l’humain et de la vie. L’homme qui pense tutoyer le divin expérimente la solitude en marge de la confection de ses poupées. Il aimerait partager avec un être suffisamment fin. C’est précisément ce qu’il pense avoir trouvé chez Mathis : la possibilité de revêtir son vrai visage et de laisser au placard son costume d’humain. C’est également pour cette raison que, fasciné par son talent, il fit en sorte que le travail du jeune homme soit reconnu. C’est un jeu dangereux que de baisser sa garde, d’autant que Dollmaker fait de plus en plus parler de lui dans la presse. Anton aime cela ; flirter à la lisière du trop et orienter les consciences à son avantage en fin marionnettiste - tous sont le fruit de sa volonté. Mais y parviendra-t-il éternellement ?


Mathis Abberline : Intérêt grandissant.




¿ Riddle me this, riddle me that ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂

Adrian Callaghan
Feat. James Mc Avoy.

Le nouveau Roi de la pègre.


Adrian Callaghan ne fut, il n'y a pas encore si longtemps qu'un sous fifre comme tant d'autres ayant déjà foulé les pavés de Gotham. C’était cinq ans auparavant qu’il avait fait son premier pas dans le monde de la pègre en répondant à une annonce circulant au sein des ruelles étroites de la ville. Ambitieux et plein d’enthousiaste il vit cette proposition comme un moyen d’entrer dans le seul milieu vraiment influent de Gotham sans commencer en tenant le parapluie d’un chef de gang trop confiant. Il se rendit donc au Fish Mooney’s qui faisait là ses grands débuts dans la cour des grands et monta sur scène pour chanter comme son le contrat le stipulait. Officiellement, le Fish Mooney’s se mettait à la page, et lassé des représentations brèves d’artistes tous plus oubliables que le précédent, recherchait une nouvelle tête d’affiche stable et capable de rehausser le niveau. Officieusement, la gérante cherchait un jeune homme à la voix suave pour retenir l’attention d’Alexandro Flores, plus gros importateur d’armes à Gotham et connu pour écumer les cabarets et les clubs ; amateur de musiques et de chanteurs.
Rien qui n’écaillerait la fierté disproportionnée de Callaghan, juste une prestation très maîtrisée et un regard appuyé sur le poisson à ferrer tous les soirs, de quoi permettre à Fish Mooney de l’avoir parmi ses clients réguliers et de peut-être avoir une petite longueur d’avance sur la concurrence. Il resta sur scène deux mois complets, au centre de multiples intrigues sans en avoir l’air, fredonnant du bout des lèvres mais quand Flores fut retrouvé noyé dans une station d’épuration il fut renvoyé sans sommation, la chef de gang ayant toujours trouvé sa musique trop moderne à son goût.
Mais il avait bien appris sa leçon, il alla trouver la concurrence avec ses nouvelles connaissances, sachant se faire indispensable, montant discrètement sans que personne ne le remarque. Il assista à la chute de Fish Mooney, à l’ascension du pingouin et quand le réseau de son chef Don Maroni s’écroula il épura les rangs et réduisit tout l’héritage de cet homme en cendres pour rebâtir son propre réseau. Le réseau de Callaghan profita de la chute de tous les grands gangs de Gotham et de la pègre pour se nourrir de la désorganisation dans les rues et grandir en proposant de reprendre le flambeau. Il reprit également l’ancien Mooney’s, plus fraîchement nommé le Oswald’s pour en faire The Lair of Faust plus souvent appelé The Lair. Adrian suivait un code d’honneur très strict et garda des contacts distants mais courtois avec la police qui ne pouvait rien contre lui. Il eut même des contacts précieux en son sein. Il lia une relation de profond respect avec l’inspecteur Magnus Hohenhoff qui appréciait ses méthodes et la baisse de criminalité qui suivit son règne sur la pègre de Gotham.
Malheureusement il y a tout juste 10 mois alors qu’il était en plein réaménagement du club les choses lui échappèrent. Trop concentré sur l’ouverture prochaine de son club qui était censé représenter sa réussite totale il ne surveilla pas suffisamment les événements de la rue.  Tous ces jeunes s’auto-proclamant Maniax depuis près d’un an maintenant étaient de plus en plus violents et incontrôlables et depuis quelques temps mettaient à mal la patience des membres de son gang. Quand ils attaquèrent un des entrepôts du gang de Callaghan faisant plusieurs morts par jets d’engins explosifs les plus jeunes sans généraux poursuivirent les terroristes d’un nouveau genre en voiture et quand ils les eurent enfin en vue, ils firent fi du chapiteau et du carrousel tournant devant leurs yeux, ouvrant le feu en pleine foule civile, alors que les Maniax n’ayant plus rien à perdre firent exploser le plus de grenades possible dans le périmètre.
Depuis Callaghan avait perdu de sa crédibilité au sein de la ville et, bien qu’étant toujours un des hommes les plus puissants de la ville, il luttait pour retrouver sa gloire passée. Il ne pouvait plus compter sur l’aide de la police et surtout sur celle de son ami, Magnus, qui avait perdu sa fille unique dans la fusillade. Il était maintenant seul et peu importe à quel point il essayait de redorer son image et de retrouver de bons rapports avec le fantôme qu’était devenu son collaborateur des forces de l’ordre, il était perçu comme fautif et criminel.

Magnus Hoehenoff : ancien ami, essaie de recoller les morceaux.
 
Fish Mooney : Ancienne employeuse.
 
Oswald Cobblepot : Adrian ne doute pas une seule seconde qu'un jour, Cobblepot
viendra lui demander des comptes.





☂️
I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
24


 Profession :
Poseur d'énigmes.


 Humeur :
Vengeresse.

avatar
Edward Nygma
¿ The Riddler ?

Athenaïa Mordoh
Feat. Dita Von Teese (négociable)

Déesse Guerrière


Athenaïa n’est pas son véritable nom mais un pseudonyme emprunté à la divinité Athéna. Cette jeune femme est d’un charme qui auréole son passage, inaccessible icône au regard qui couve et envoûte – compréhensive mais glacée. Dans la vie courante il s’agit d’un professeur de renom à l’université de Gotham. Une personne particulièrement cultivée qui dévore ouvrage sur ouvrage, affamée de connaissance. Le revers plus trépidant de sa vie se dessine au travers de ses projets ; persuadée d’être une incarnation adéquate pour la Déesse Grecque cette dernière voudrait faire de Gotham son Olympe purifiée, exaltée. Pour cela, elle travaille depuis longtemps sur le prototype d’une arme chargée électriquement. La foudre de Zeus. Est-elle folle ? La question demeure épineuse. Athenaïa nourrit une obsession depuis l’enfance pour la mythologie, monde fantasmé dans lequel elle trouve un sens plus fort que dans la Gotham léchée par le crime, une obsession aussi envers l’idée même de foi qu’elle révère. La foi est selon elle ce qui manque à ce monde désenchanté. A un monde qui a perdu son âme dans la sur-rationalisation et l’utilitarisme qui déshumanise les êtres. Sa définition de la foi n’embrasse pas réellement le dogme mais davantage ce qu’elle nomme croyance du cœur. L’attraction envers la magie, envers quelque chose de plus grand que soi. Pour autant elle ne se pensait pas réellement l’incarnation d’une déesse mythique jusqu’à récemment. Elle se voyait davantage comme une concurrente adéquate pour endosser un tel symbole pour le bien commun. Aujourd’hui tout est beaucoup plus flou au tournant d’une rencontre fâcheuse : Hugo Strange qui la conforta dans son analyse jusqu’à la lisière de la raison. Elle fit d’ailleurs la connaissance de Strange dans de très mauvaises conditions : sa sœur venait d’être internée. Le médecin s’arrêta immédiatement sur le prénom de la brune, intrigué, puis conscient d’avoir accès à une brèche intéressante il s’y engouffra. Athenaïa n’est pas femme à se laisser manipuler mais les méthodes de Strange peuvent s’avérer destructrices.

Hugo Strange: Méfiance.




¿ Riddle me this, riddle me that ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Dans nos fichiers... [Criminels prédéfinis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Gotham - Villains Unleashed-