Notre maison fera honneur à cette %ù@ de ville ! [Membres des forces de l'ordre prédéfinis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂




On est sur le pied de guerre !





I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
24


 Profession :
Poseur d'énigmes.


 Humeur :
Vengeresse.

avatar
Edward Nygma
¿ The Riddler ?

TEMPLETON Deliah
Feat. Hayley Atwell (négociable)

Histoire :
Ferme, droite, intransigeante. Deliah a taillé une place méritante au sein d'un monde d'hommes. D'origine Anglo-saxone sa famille émigra pour les Etats-Unis il y a deux générations. Son hérédité Britannique lui accorde, entre les quolibets de certains collègues, le surnom moqueur de "la dame de fer". Cette dernière ignore les ragots qui résonnent parfois à sa suite n'y répondant que par une efficacité de marbre. Elle est aujourd'hui un agent du GCPD qui n'a plus rien à prouver - si certains doutent encore de ses états de service alors elle ne daigne pas s'attarder sur leurs cas. Deliah a bataillé pour arriver à son poste et garde quelques stigmates de cette lutte pour la reconnaissance - constamment sur ses gardes elle est occasionnellement austère sans pour autant avoir de mauvaises intentions, ses mots peuvent frapper sèchement. Elle se préserve et n'a pas non plus d'affinité particulière avec la sphère émotionnelle, réquisitionnée par un métier qui renouvelle chaque jour la définition de l'horreur. Parce que Deliah est un agent de terrain, parce qu'elle ne s'épargne jamais surtout, elle flirte parfois avec l'excès et la volonté de trop en faire. Perfectionniste elle ne supporte pas de ne pas mener correctement à terme une affaire. Juste, elle s'en demande au moins autant qu'elle en demande aux autres. La corruption elle ne l'oublie pas pour autant et comment l'oublier ? Idéaliste mais pas naïve elle connaît les codes et limites de la police, assez pour en jouer jusqu'à l'extrême lisière. Elle fut d'ailleurs déjà rétrogradée pour être allée trop loin. Les limites de sa fonction l'excèdent cependant elles sont trop implantées pour lutter, seule, contre. Elle ne peut que jouer avec pour tâcher de les contourner. La jeune femme peut être irrévérencieuse, ne respectant que très mal une autorité ou des ordres qui lui apparaissent illégitimes. A ces occasions elle peut même s’avérer un peu trop frondeuse.
A une occasion, elle fut beaucoup trop impliquée dans une affaire - affaire qui la hante encore aujourd'hui bien que le dossier soit scellé, ses lèvres irrémédiablement closes. Elle le garde pour elle, comme une pénitence. Cette fameuse fois, un criminel dérangé opérait en ville. Elle ne se l'explique pas mais ce fut elle sa cible privilégiée : des lettres signées de sa main lui parvinrent comme une provocation l'exhortant à l'arrêter. C'était malsain et insidieux. Aujourd'hui le meurtrier court toujours et elle, face à ses remords, endosse la responsabilité de ses derniers meurtres, ceux qu'elle aurait dû empêcher en lisant mieux entre les lignes. L'épée de Damoclès plane toujours au-dessus de sa tête. Sera t-elle un jour recontactée ? Elle n'en parle pas mais l'idée l'effraie.
Pour cette raison elle ne pouvait pas se lier, pas risquer d'impliquer quelqu'un dans un risque éventuel. Pourtant Evynne contourna ses interdits auto-dictés. Cette jeune femme était si forte, si compréhensive et si rafraîchissante qu'elle apparut comme un miracle dans sa vie hermétique. Son fardeau est d'autant plus lourd à porter, en compensation, maintenant qu'elle arrive à rire aux éclats avec quelqu'un. Maintenant qu'elle ment par omission, maintenant qu'elle aime.

Hopkins Evynne : petite amie.
 
Jim Gordon : Collègue.
 
Harvey Bullock : Chef.




¿ Riddle me this, riddle me that ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
24


 Profession :
Poseur d'énigmes.


 Humeur :
Vengeresse.

avatar
Edward Nygma
¿ The Riddler ?

Magnus Hohenhoff
Feat. Michael Fassbender (négociable)

Histoire :
Son histoire personnelle est tapissée de coups du destin. Jeune homme il rencontre celle qui fera basculer son cœur : Erika. Leur relation se construit sur les bases d’une amitié inconditionnelle. Erika est atteinte de troubles, dont une bipolarité qui affecte sensiblement son quotidien et lui refuse l’accès à une vie stable. Ses joies sont brûlantes, sa détresse abyssale, les deux oscillent d’après un pattern difficile à anticiper. La jeune femme vit dans la crainte constante des périodes creuses durant lesquelles son comportement lui échappe. Durant lesquelles toute chose est dépossédée de son essence. Elle ne cache rien de ces difficultés à Magnus afin de lui signaler la charge qu’elle considère inhérente à quelconque évolution de leur relation. Trop instable, parfois si peu attachée à la vie, la perspective du couple l’effraie. Tantôt car elle ressemble à une prison, tantôt car elle implique un autre qu’elle dans quelque chose qu’elle ne peut contrôler. Les choses évoluent lentement et Magnus est une oreille patiente et compréhensive. Il est une amarre au milieu de l’ouragan, un point fixe au croisement des émotions antagonistes. Il se donne la mission de l’aider tout en comprenant qu’il ne pourra pas mener cette bataille à sa place, respectueux de son combat et de sa ténacité. Ils parviennent à ériger une logique de vie qui leur accorde un bonheur sincère à défaut d’être dénué d’écueils. Leur union finit, le temps s’écoulant et leurs sentiments perdurant, par s’officialiser. Ils connaissent une vie normale pour peu que ce mot ait un réel sens. La grossesse d’Erika est pourtant un évènement qui fait sa joie tout en ravivant ses plus brusques insécurités. Elle donne naissance à une petite Lize mais affaiblie et esseulée, Magnus étant réquisitionné par son nouvellement acquis poste d’inspecteur, elle cède face à ses terreurs. Elle attente à sa vie au mois de décembre, le cœur piétiné par la certitude d’être une mauvaise mère. Dramatique conviction qui lui fait imaginer un avenir meilleur pour sa fille pour peu qu’elle n’en fasse pas partie. Elle n’en réchappera pas.
Magnus n’a plus que Lize et sa colère bouillonnante comme moteurs. La situation est injuste, ne présente nul autre coupable que lui-même, aucun exutoire légitime. Alors sa rage s’adresse au monde entier qui pourrait lui enlever Lize après Erika, puis se retourne contre lui-même sous la forme d’une culpabilité chevillée à la peau. Il se plonge dans le travail à cœur perdu.
Il aurait pu sombrer à son tour – céder face au vieil ennemi dont Erika l’avait extirpé à leur rencontre, l’alcool. Mais une amitié naissante fut aussi invraisemblable que providentielle. Adrian Callaghan était un mafieux à l’ascension relative lorsqu’ils se rencontrèrent. Il ne comprit par pourquoi un tel homme s’attardait sur un policier qui n’hésiterait pas à le coffrer au détour d’une broutille. Pourtant le dialogue s’installa presque trop confortablement, tant et si bien que Magnus en vint à délier ses émotions et à se confier face à cet homme qui le dissuadait de reprendre la boisson. A dire vrai, il n’avait sûrement jamais ressenti une telle liberté, un tel confort. Une association se dessina, l’un étant informateur désireux de faire fructifier ses connaissances et l’autre officier en mal de ligne directrice. La symbiose était parfaite. Ce tandem improbable parvint à faire tomber un tueur qui semait la terreur, Allister Drake. Magnus considéra qu’Adrian lui avait sauvé la vie.
Il y eut pourtant ce jour de trop. Sa fille, son trésor, perdit la vie comme elle serait partie en balade pour rentrer le soir. Incompréhensible. Intangible. Tellement rapide. Abattue dans un échange de coups de feu entre les Maniax et le gang de Callaghan, elle ne fut qu’un dégât collatéral.
Brisé et trahi Magnus est assoiffé de vengeance. Il traque les responsables – Adrian devra parler même s’il doit se salir les mains dans le processus. Il n’hésitera pas à utiliser toutes les dispositions que lui accorde son poste.

Adrian Callaghan : Ancien ami. Traître.
 
Allister Drake : criminel incarcéré grâce à Magnus.




¿ Riddle me this, riddle me that ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  Messages :
47


 Profession :
Roi de la pègre en année sabatique.


 Humeur :
Grésillante.

avatar
Oswald Cobblepot
The Penguin ☂

Grace Tyler
Feat. Freema Agyeman (négociable)


La Réformatrice.


Grace Tyler, de son nom de naissance ; Allan Tyler, est devenue depuis peu la nouvelle comissaire de Gotham en attendant la guérison de son prédecesseur.

Mathis Abberline : Intérêt grandissant.




I'm the King of Gotham
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 

Notre maison fera honneur à cette %ù@ de ville ! [Membres des forces de l'ordre prédéfinis]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Gotham - Villains Unleashed-